César Kuberek - Armagnac Rabastas
Reportages

Et voilà l’armagnac Rabastas !

 

Après la marque Cyrano, César Kuberek créé Rabastas. Et s’attaque au marché européen. En priorité l’Espagne.

Il a déboulé voilà deux ans, sans crier gare ! César Kuberek, l’Argentin tombé amoureux du Gers et de l’armagnac s’est lancé dans la commercialisation de l’eau-de-vie. Grâce à plusieurs complices, un qui lui fournit la Blanche, un autre, Eric Artiguelongue, un œnologue expérimenté, qui lui façonne quelques vieux armagnacs, César Kuberek a ciblé la Californie. Et plus précisément Los Angeles ou avec Gianni Vietina, son associé, il fait découvrir ses armagnacs aux people de Beverly Hills mais aussi aux habitués des bars à cocktails très branchés.

Le succès n’a pas tardé. Lors des deux premières années, César Kuberek a écoulé en Californie quelque 5000 bouteilles (4000 de Blanche) et un millier de XO, 25 et 50 ans. « Depuis de longs mois on nous réclame du Cyrano ailleurs qu’aux Etats-Unis, et notamment en Europe, explique le négociant. Mais cette marque n’était pas disponible en Europe. »

Pas vraiment un problème pour le néo-gersois qui a lancé ses comparses et son graphiste sur un autre projet. Et ainsi est né Rabastas. Un nom (celui du cheval de D’Artagnan) qui colle totalement à cette volonté de puiser dans les racines de la Gascogne, tout en lui ajoutant fougue, audace et désir de conquête. Même si César Kuberek admet « qu’il n’est pas facile de posséder deux marques », il segmente fort bien ses marchés et ses projets. Si Cyrano va poursuivre son aventure Californienne (avec des incursions, déjà, au Texas et à New York) sous l’impulsion de Gianni, lui va gérer le développement de Rabastas.

Et particulièrement à Londres « qui est la porte d’arrivée des Américains, des Chinois, des Russes et de tous ceux qui veulent entrer en Europe par un pays qui parle Anglais. Et puis Londres est juste à côté de chez nous, c’est plus facile pour gérer des stocks et pour réapprovisionner. » La France ne sera pas en reste, « mais en ciblant quelques bars à cocktails à Paris, à Bordeaux, à Toulouse. » Et puis surtout l’Espagne où Rabastas de César est associé avec Sanz, un distributeur qui entre avec ses jus dans tous les bars du pays et, surtout, la House of Mixologie, à Madrid, dirigée par Luis Inchaurraga, un bartender dont la renommée a largement franchi les frontières espagnoles. « Grâce à Lui, précise César Kuberek, nous allons nous attaquer au marché des 25-35 ans, via les barmen qu’il éduque au cocktail dans son école madrilène. » Des cocktails à l’armagnac à base de Blanche Rabastas !

Des séjours en Gascogne ont déjà débuté pour ses barmen en formation. « Parce qu’au delà du cocktail, nous voulons proposer des accords mets/armagnac et ainsi mettre avant tous les bons goûts gascons, se délecte César. Et il est primordial que nos futurs bartender espagnols connaissent la région, ses cépages, ses traditions, le mode de distillation, pour raconter ensuite à leurs futurs clients. »

Rabastas et son propriétaire se sont approchés de l’ambassade de France à Madrid pour proposer leurs produits lors des réceptions, notamment le 14 juillet. En mousquetaire de la  Gascogne, César, flanqué de Rabastas, défie l’Espagne. Dans une approche «très bar. C’est là que nous allons séduire de jeunes et nouveaux consommateurs. Avant de leur proposer nos eaux-de-vie travaillées par Eric Artiguelongue. »

Fort d’un design aussi puissant et innovant que Cyrano, Rabastas balade sa Com sur les réseaux. Avec une présence efficace sur Instagram par exemple. Et son créateur d’anticiper déjà : « aujourd’hui nous sommes nombreux à communiquer, à travers la vidéo notamment. Il faut trouver quelque chose de plus percutant pour l’avenir. »

Un avenir que César Kuberek travaille déjà, bien décidé à être dans les premiers.

 

 

———————————-

Voir aussi :

Double médaille d’or pour Cyrano XO

Italo-argentin à la conquête de Los Angeles

 

Share Button