Patrick Farbos
Maisons

Les ventes de la cave de Nogaro progressent de 3%

L’armagnac et la Cave des producteurs réunis (CPR) de Nogaro, c’est une belle histoire débutée en 1963. « Cette cave a toujours accueilli des vins de distillation », se souvient Patrick Farbos, l’actuel président de la structure. Mais en 2000, les énormes stocks d’armagnac de la CPR ne sortaient plus suffisamment. « Il fallait bien trouver une solution pour faire vivre tous les adhérents, alors nous avons opté pour un changement de cap », précise le président Farbos.

L’ambition « vin de qualité » fut clairement énoncée. Un chai est créé, des pressoirs et conquêts de réception sont acquis. La cave investit plusieurs millions d’euros dans de la cuverie isotherme d’une capacité de 110 000 hectolitres. D’ailleurs, de nouveaux investissements pour 70 000 hectolitres de stockage complémentaire sont dans les tuyaux. Des investissements dus à un développement externe avec  une perspective rapide de 200 hectares supplémentaires qui viendront s’ajouter aux 1080 hectares que travaillent aujourd’hui les quelque 60 adhérents de la CPR Hauts de Montrouge.

Pour mener à bien ce développement, Patrick Farbos a mené un partenariat, unique en France, avec Grand chai de France qui met en marché la totalité des vins blancs de la CPR. Une décision qui a attiré quelques commentaires acerbes dans le « milieu » viticole régional, s’appuyant sur le bon vieil adage « on ne doit pas mettre tous ses œufs dans un même panier ». Pas de quoi déstabiliser Patrick Farbos qui préfère rappeler que l’idée de s’adosser « au 7e metteur en marché mondial qui vend tous les jours 2 milliards de bouteilles, n’est pas forcément une mauvaise idée. »

Cette stabilité commerciale retrouvée (la CPR a signé un contrat de cinq ans avec Grand chai de France) profite à l’armagnac de la CPR dont les chiffres de vente progressent « grâce à des commerciaux très impliqués, explique le président de la coopérative ». Aujourd’hui, la CPR vend 350 000 cols par an (35 et 70 cl confondus), soit + 3% depuis le début de l’année 2017. Ses armagnacs sont commercialisés sous les marques De Montal et de Castelfort sur les circuits traditionnels, et Lafontan en grande distribution. L’exportation représente 23% des ventes d’armagnac de la CPR, l’essentiel (77%) reste vendu dans l’Hexagone.

 

Patrick Farbos
Patrick Farbos

 

Share Button