Reportages

Takuya, « le fou roulant » sur les routes armagnacaises

Sa carte d’identité confirme une trentaine d’années que sa physionomie ne laisse filtrer. Takuya Hara est, sans doute, le plus Armagnacais des Japonais. En tout cas, il vient de prouver durant six jours qu’il est prêt à tout pour enrichir sa connaissance de l’eau-de-vie élaborée en Gascogne.

Arrivé dans la plus grande discrétion sur les terres de D’Artagnan, cet ingénieur en informatique a loué… un vélo.

« Pourquoi un vélo ? Parce que je n’ai pas de permis de conduire », éclate-t-il de rire.

Alors, Takuya a parcouru plus de 400 kilomètres sur les routes vallonnées du Gers et de l’Est des Landes, une remorque chargée de valises arrimée au porte-bagage. Par une moyenne de 30 degrés !

« Ce n’est pas la fatigue qui me pose problème, a commenté le Japonais un verre de Dartigalongue à la main. C’est le temps passé pour rejoindre toutes les Maisons que je souhaitais visiter ! »

Dans un Français appris durant trois années à la faveur d’une mutation professionnelle de son père à Honfleur, Takuya éclaire sur son périple : « je suis passionné par les arômes que j’ai étudiés, et particulièrement par ceux des spiritueux français. Malheureusement, si tu veux comprendre et mieux connaitre ces eaux-de-vie, internet ne suffit pas. Et au Japon, pas simple d’avoir de bonnes documentations. Alors, l’année dernière j’ai passé une semaine en Cognaçais, et l’année prochaine j’irai sans doute dans le Calvados. »

Passionné le gamin. En six jours donc, « pas plus parce qu’au Japon, vous le savez, nous travaillons beaucoup, et n’avons pas le droit de prendre plus de neuf jours  consécutifs de vacances », Takuya s’est offert treize visites de Maisons (1).

« C’est une magnifique expérience, retient-il. J’ai adoré découvrir les chais. Désormais je maitrise mieux les étapes de l’élaboration de l’armagnac et réalise combien la diversité des produits est grande. »

Le jeune Japonais s’en est allé vers le pays du soleil levant. Des images, des goûts et des souvenirs de rencontres plein les valises. Promis, il parlera encore mieux de l’armagnac à ses amis Japonais. Un nouvel ambassadeur en quelque sorte.

 

 

(1) Le jeune Japonais a visité le Château de Pomès-Pébérère, le domaine de Séailles, les armagnacs Delord, la Maison Gélas, les armagnacs Jean Cavé, la Maison Samalens, la Maison Dartigalongue, le Château de Ravignan, le domaine d’Ognoas, la Maison Laberdolive, le domaine de Boingnères, les armagnacs Darroze et le domaine d’Arton.

 

 

Le verbatim de la vidéo, par Takuya :

« Bonjour, je m’appelle Takuya. Je suis japonais, je suis un amateur de l’armagnac.

J’aime des eaux-de-vie français comme cognac, calvados et aussi armagnac.

Aujourd’hui je suis ici (chez Dartigalongue) pour savoir comment les armagnacs sont fabriqué. Parce que au Japon malheureusement il n’y a pas beaucoup de chance pour savoir comment les armagnacs sont fait. Mais j’adore les armagnacs, alors pour savoir comment ils sont fabriqué je suis venu ici…

Je suis arrivé à Armagnac hier et jusqu’à samedi je visite tous les distilleries en vélo. Pourquoi en vélo, parce que je n’ai pas de permis de conduire. La raison très simple !

L’année dernière j’ai fait la même chose en Cognac et cette année je fait la même chose à Armagnac. Un jour à Calvados, peut-être.  »

 

« 訂正を交えた日本語訳:

こんにちは、タクヤです。アルマニャック愛好家の日本人です。コニャック、カルヴァドス、アルマニャックといったフレンチブランデーが好きです。今日はアルマニャックがどうのように造られているのかを知るため、ダルティガロングに来ています。残念ながら日本ではアルマニャックがどのように造られているのかを知る機会があまりありません。でも私はアルマニャックが大好きなので、製造工程を知るため、ここに来ました。

アルマニャックには昨日着いたところで、土曜日まで蒸留所を自転車で廻ります。なぜ自転車かと言うと、運転免許を持っていないからです。単純な理由ですね!去年は同じことをコニャックでしていて、今年はアルマニャックで(蒸留所巡りを)しています。多分、いつかカルヴァドスにも行くでしょう。 »

Merci Takuya

 

 

Share Button