Reportages

L’armagnac et Phytogers solidaires

Belle initiative que celle du laboratoire gersois et de l’armagnac qui s’unissent pour réaliser 80 000 flacons de gel hydroalcoolique à destination des soignants du département.

« L’idée est née lors des élections municipales, raconte Jean-Christophe de Salins, patron du laboratoire Phytogers, installé depuis plus de 25 ans à Gavarret-sur-Aulouste, un tout petit village gersois. J’ai été contacté par le maire de mon village qui cherchait en vain du gel hydroalcoolique. Nous lui en avons fabriqué avec plaisir », précise le responsable du labo qui créé une large gamme de produits à base de plantes dont le succès a largement dépassé les frontières de la région.

Au lendemain des élections « les coups de fils arrivaient par dizaine, dit Jean-Christophe de Salins. Des particuliers, des médecins, des infirmiers, le Conseil départemental, tous voulaient du gel. » Seulement voilà, les fournisseurs de flacons étaient en rupture un peu partout en Europe. « Fort de nos relations nous avons réussi à en acheter 80 000, dévoile le patron du labo. Restait à trouver de l’éthanol car nous n’en avions que 4 tonnes et un besoin de 16 tonnes. »

La bonne nouvelle est arrivée en début de semaine, annoncée par Isabelle Sendrané, la sous-préfète de Condom, avec l’annonce d’un décret permettant d’abaisser le niveau d’alcool et d’utiliser de l’alcool alimentaire. «  A ce sujet, commente Olivier Goujon, il faut saluer l’excellent travail entre le ministère, la fédération française des spiritueux, les interprofessions et les responsables locaux qui a permis que l’alcool alimentaire, notamment celui produit dans notre région, puisse être concerné par ce décret. »

Ne restait plus qu’à contacter la filière armagnac. « Ce que j’ai immédiatement fait, poursuit Jean-Christophe de Salins. Olivier Goujon, le directeur du BNIA, m’a facilité les choses et j’ai obtenu de l’alcool auprès de la Maison Delord à Lannepax. »

8000 flacons ont déjà été réalisés et 80 000 le seront d’ici la fin de semaine. « Nous allons pouvoir dépanner l’hôpital d’Auch, des EHPAD, des services de soins à domicile, des médecins et infirmiers, les services du Conseil départemental. C’est fantastique. Je suis ravi de la mobilisation autour de cette opération et le fait que l’on travaille en circuit court. Tous les produits et les acteurs sont gersois pour un service rendu à tous les soignants du Gers. »

Share Button