Ravignan
Maisons

Un château en Armagnac… Ravignan

Le nom de Ravignan apparaît dès le XIe siècle. À l’Est du château actuel s’élevait un petit château fort défendu par deux grands ravins naturels qui sont peut-être à l’origine du toponyme.

En 1108, l’évêque d’Aire-sur-l’Adour fonde, près du castrum de Perquie, une église et un prieuré pour y installer des moines défricheurs.

Jusqu’au XVe siècle, le vieux château fort est un monastère desservi par des moines de la Grande-Sauve venant de l’Abbaye de Saint-Sever. Les Anglais règnent sur l’Aquitaine durant trois siècles et, pendant ces temps troublés, la famille des anciens Seigneurs de Ravignan s’éteint. Vers 1530, le château passe aux mains de la famille de Mesmes, famille qui donnera durant deux siècles d’illustres serviteurs à la France, en particulier auprès des rois de Navarre et du futur Henri IV.  Mais les guerres de religion surviennent : en 1569, le château et l’église sont brûlés et saccagés par les bandes calvinistes du farouche capitaine Montgommery venu reconquérir les états de Jeanne d’Albret, Reine de Navarre. Le chœur de l’église a cependant subsisté et porte encore, à mi-hauteur, une « litre » : bande blanche ou noire parsemée de blasons que le Seigneur faisait peindre lors des noces ou des enterrements.

Après cette période de troubles, vers 1660, la famille de Mesmes entreprend de démolir la partie Est du vieux château féodal pour édifier, à la place, une gentilhommière de style Louis XIII : deux tours et un corps de logis couverts de tuiles forment alors l’aile Est du château actuel. Le fronton de la porte d’entrée porte toujours la date d’achèvement de cette première construction : 1663. Mais Mazarin meurt en 1661, et c’est le début du véritable règne de Louis XIV. Les Seigneurs de Mesmes, comme beaucoup d’autres, sont attirés à la Cour du Roi Soleil : ils n’achèvent pas leur château, délaissent leur terre du Sud-Ouest et finissent par la céder, en 1732, à la famille des propriétaires actuels, les La Croix de Ravignan.

Ceux-ci, originaires de Bayonne, développent le domaine agricole et viticole et y font de fréquents séjours. Ils finissent par s’y installer durablement en transformant le château : entre 1850 et 1910, sont ajoutées l’aile et la tour Ouest, l’intérieur est aménagé, les toits surélevés et couverts d’ardoises avec un respect du style austère originel peu courant pour l’époque. Des embellissements extérieurs accompagnent ces travaux : communs et chais sont entièrement reconstruits autour d’une cour plus rationnelle. Ils cèdent la place à un grand jardin à la française et à la plantation d’un parc romantique. Dû au paysagiste Eugène Bühler, il entoure le château de bosquets et de points de fuite étudiés, ses arbres ont été plantés pour la plupart au début du XXe siècle : chênes d’Amérique, séquoia, magnolias, hêtres pourpres, cèdres du Liban, cèdres bleus…

Depuis trois siècles, la famille de Ravignan se transmet le savoir-faire armagnacais. De la vigne à la vendange, de la forêt de chêne dont on fait la futaille, les propriétaires-récoltants élaborent une eau-de-vie de Bas-Armagnac commercialisée au domaine, dans quelques restaurants de renom ainsi qu’à l’étranger.

Quand Histoire de France et histoire de l’armagnac croisent leur chemin…

 

 

 

 

 

 

(Article paru dans le magazine ArmagnacNews n°1)

 

Share Button